Alex, alias Baudinou ⤵️

Avec Alex, soyez sûr de ça, il n’y a pas de place pour le hasard. Son chemin, il le dessine depuis tout petit au bout de son index.

Sur un vélo à la sortie du berceau, il pense à Chambéry Cyclisme Formation depuis que son père lui a montré cette direction.

Après avoir fait ses preuves à CCC, il a franchi la porte à côté, toujours pour pédaler.

Mais détrompez-vous, Baudinou ne pense pas qu’à faire tourner ses roues et grâce à ses études, il n’y a aucune inquiétude.

Le top c’est qu’à Chambéry, Alex est chez lui. Enfin, presque chez lui. Le savoyard reconnaît les routes même dans le brouillard. Et ce qui lui plaît, c’est de montrer aux copains ce qu’il connaît.

Bref, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est promis à un bel avenir. Et c’est peut-être pas pour rien, que le sélectionneur national le garde parmi les siens.

Interview à la pancarte 💬

1️⃣ Alex, que recherches-tu dans la pratique du cyclisme ?🚴🏼‍♂️

La liberté d’aller où on veut, découvrir de nouveaux paysages, etc…

2️⃣ Comment es-tu arrivé dans le monde du vélo ?🚲

Mon père faisait du vélo en compétition lorsque j’étais petit. J’ai rapidement eu un vélo dans les mains et le casque sur la tête. À 4 ans je prenais ma première licence. Depuis je n’ai jamais arrêté. Même si c’est mon père qui m’a amené à faire du vélo, ce n’était pas du tout une contrainte. Il était plutôt là pour me freiner car je voulais tout le temps en faire. 

3️⃣ Que fais-tu comme études et qu’est-ce qui t’a attiré dans celles-ci ?📚

Après l’obtention de mon Bac Scientifique à Albertville, j’ai intégré un DUT Science et Génie des Matériaux. Je le fais en trois ans au lieu de deux. J’ai pratiquement tous mes après-midi de libre donc c’est top pour s’entraîner. Cette formation était dans la continuité de la filière scientifique mais c’était surtout une des seules à proposer les horaires aménagées, qui plus est, sur Chambéry.

4️⃣ La cérémonie du Prix Etienne-Fabre se déroule demain et tu es lauréat, peux-tu nous en dire plus ? Le double-projet te tient à cœur ?🎓

C’est clair que c’est important. Avoir une formation à côté du vélo est presque indispensable. En sport, tu te blesses et tout peut s’arrêter, on est à l’abri de rien. En plus, l’école est un équilibre dans la vie. C’est moins vrai en ce moment avec le distanciel mais habituellement quand je vais à l’école je suis à l’écoute de ce qu’on me dit pendant 4h et je ne pense pas du tout au vélo.

5️⃣ En intégrant Chambéry Cyclisme Compétition au début de tes années Juniors, avais-tu CCF dans un coin de la tête ?🧐

J’ai intégré CCC pour son beau programme de course mais une partie de moi pensait à CCF. Mon père m’avait appris l’existence du centre quand j’étais en école de vélo et à l’époque, c’était devenu mon rêve. Lorsque j’ai commencé à avoir un niveau correct en Cadet ce n’était plus un rêve mais un objectif.

6️⃣ En quoi penses-tu que CCF va te permettre de progresser ? Qu’est ce qui est différent vis-à-vis des autres clubs ?🔝

CCF c’est une des meilleures écoles pour devenir professionnelle. D’abord par l’intégralité des services mis à disposition au centre (la proximité avec les entraîneurs, la cuisine, la récupération, etc…) puis avec l’affiliation avec AG2R CITROËN TEAM.

La principale différence c’est le groupe. On a la chance de vivre ensemble, on crée des liens et ça se voit en course.

7️⃣ As-tu des objectifs cette saison ?🔎

Oui j’ai quelques courses en tête et j’espère sincèrement qu’elles auront lieu. Deux saisons compliquées à la suite, ce serait vraiment pas de chance pour notre carrière. Ces années-là sont les plus importantes pour faire ses preuves. J’aimerais performer sur les manches de Coupe de France, la Ronde l’Isard, le bloc de course en Équipe de France Pologne / République Tchèque si le sélectionneur me fait confiance et puis le Tour de l’Avenir qui serait le point d’orgue de la saison si j’arrive à prouver que j’ai ma place.

8️⃣ Quel plat déguster en période de coupure ?🍔

Aïe la question à 1000€… il y’en a trop c’est ça le problème. Allez je dirais une bonne croziflette ou sinon une pizza, je suis fan.

9️⃣ Si tu avais la possibilité de passer une heure avec une célébrité, qui choisirais-tu ?👤

Je pense que je choisirais Martin Fourcade. Ce qu’il a réussi à créer autour de son sport, cet engouement, etc… c’est fou. J’ai suivi le biathlon chaque hiver depuis son premier gros globe. Ce sport procure des émotions incroyables devant notre télé. En plus, il ne s’est pas contenté seulement du côté sportif mais est impliqué dans les instances comme les JO par exemple.

🔟 Donc une heure avec lui ça pourrait être sur des skis alors ?⛷

Alors avec le même matériel et si il skie à 90 puls’ (rire). Il est venu à La Féclaz fin janvier en plus, partager une sortie avec Alexis Boeuf. J’y suis allé le lendemain, dommage !

1️⃣1️⃣ As-tu un rituel d’avant course ?🔄

Non pas vraiment. Enfin, je pourrais dire que j’adore analyser la course dans sa globalité, le kilométrage, le profil, la liste des partants, ceux qui sont le plus en forme, etc… Souvent, ça me passe le temps dans la voiture.

1️⃣2️⃣ Quel est ton plus beau souvenir sportif ?🤩

Ma victoire sur la dernière étape du Tour du Pays de Vaud en Junior 1. C’était ma première course en équipe de France et ma première victoire de l’année. Il y avait ma famille, ma copine, etc… tout était réuni pour que ce moment reste inoubliable.

1️⃣3️⃣ Comment t’adaptes-tu aux contraintes de la crise sanitaire ?🦠

J’ai un peu de mal à m’adapter au distanciel. C’est ce qui est le plus dur pour moi. Quand je suis à l’école j’arrive à me concentrer, participer, etc… mais tout seul dans sa chambre c’est pas pareil. En ce qui concerne la saison à venir j’essaye de rester optimiste mais il y a toujours des petites pensées négatives, on se dit qu’on va revivre le même printemps que l’an dernier… j’espère pas.

Merci Alex et bonne saison ! 

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *