Baptiste, alias Titou ⤵️

Titou ? Il nous vient tout droit de la région bordelaise. Tombé dans la marmite de Saint Emilion étant petit, il se retrouva très vite doté de bonnes capacités physiques à l’image d’Obélix mais avec un gabarit semblable à Astérix. 

Taper dans le ballon rond fut sa première passion mais il a rapidement été attiré par l’envie de partir découvrir la Gaule. Il emprunta le vélo de son papa et partit en bon gaulois tracer son propre chemin de (La)croix. 

On espère que Titou deviendra grand et qu’il ira chercher une victoire en vaillant mais d’abord, il faudra être patient et apprendre des plus grands. 

Interview à la pancarte 💬

Baptiste, qu’est ce que tu recherches dans la pratique du cyclisme ?

En premier lieu je dirais repousser mes limites. J’aime également découvrir de nouvelles routes et de nouveaux paysages à l’entraînement. J’aime l’esprit de compétition et tirer le meilleur de moi-même. Le fait de devoir se fixer des objectifs m’apporte une certaine rigueur. Pour moi le vélo est un peu l’école de la vie parce qu’en soi c’est pareil dans le monde du travail.

Comment es-tu arrivé dans le monde du vélo ?

Depuis tout petit je voyais le vélo de mon père au garage et j’attendais juste d’être assez grand pour pouvoir en faire. Une fois je suis tombé par hasard sur le Tour de France à la télé et ça m’a de suite attiré. Ça ne fait pas longtemps que je fais du vélo (5 ans) mais je ne regrette pas.

Que fais-tu comme études et qu’est-ce qui t’a attiré dans celles-ci ?

Je suis à l’INSEEC au Bourget du Lac. Je prépare le CESNI Bachelor Sport Études en 3 ans. J’ai fait un Bac STMG donc l’école de commerce correspond très bien à celui-ci. Je n’ai pas forcément d’idées très précises de ce que je veux faire plus tard si je n’arrive pas à percer dans le monde du vélo mais en tout cas je veux continuer mes études au maximum.

En quoi penses-tu que CCF va te permettre de progresser ? Qu’est ce qui est différent vis-à-vis des autres clubs ?

La structure en elle-même et le fait qu’on vive ensemble. C’est important pour la cohésion d’équipe. J’avais l’habitude de m’entraîner seul donc ça va me tirer vers le haut. CCF est avant tout un centre de formation qui privilégie tout autant les études que le vélo et ce double projet me correspond beaucoup. 

As-tu des objectifs cette saison ?

Dans un premier temps, bien m’intégrer au groupe et au fonctionnement. Je veux aider les plus grands à performer. Je ne connais pas la catégorie Espoir donc prendre un maximum d’expérience et de plaisir.

Quel plat déguster en période de coupure ?

Un bon hamburger / frites fait maison avec un flan pâtissier en dessert.

Si tu avais la possibilité de passer une heure avec une célébrité, qui choisirais-tu ? 

Hum, Lewis Hamilton. Je voudrais savoir comment est-il arrivé à ce stade international de la compétition tout en restant constant saison après saison, savoir aussi comment arrive-t-il à se sortir des situations compliquées, etc…

Quel est ton plus beau souvenir sportif ?

Mon premier titre de Champion de France. C’était en Cadet, sur piste, sur l’épreuve du scratch. C’était mon premier championnat national et il ne se déroulait pas comme prévu avant cette dernière épreuve. J’étais tombé la veille, et le soir même j’étais vraiment pas bien. Ce titre était donc comme une délivrance. Je ne pensais pas en être capable, j’ai mis du temps à réaliser. 

As-tu une anecdote à nous raconter ?

Oui, l’année dernière sur le Tour de Gironde, une internationale junior à domicile. Cette course me tenait beaucoup à cœur. J’étais 3ème ou 4ème du général et meilleur jeune le soir de la première journée et le lendemain je crève à deux tours de l’arrivée. J’ai réussi à réintégrer le peloton et conserver ma place au général mais en attendant le podium on m’inflige une pénalité de 20 secondes pour être rentré derrière voiture. J’étais dégouté et ça été compliqué à digérer. Mais je pense que ça me servira pour la suite.

Comment t’adaptes-tu aux contraintes de la crise sanitaire ? 

J’ai fait pas mal d’erreurs lors du premier confinement. J’ai perdu beaucoup de poids (6 ou 7 kilos) et je m’en suis rendu compte à la fin de la saison. J’ai beaucoup appris de ça. Ce nouveau confinement est moins difficile, pour le moment je suis en coupure et lorsqu’il faudra reprendre, notre statut de haut niveau nous permettra d’aller rouler en extérieur.

Merci Baptiste.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *