Aurélien a couru sous le maillot de Chambéry Cyclisme Formation en 2011 et 2012. Après avoir terminé ses études, il est parti à l’autre bout du monde et est revenu avec un projet qu’il mûrit depuis quelques années. Entretien.

Aurélien travaille aujourd’hui dans un domaine viticole.
  • Aurélien, peux-tu nous dire le chemin que tu as parcouru depuis 8 ans ?

À la fin de mes années CCF j’ai poursuivi mes études avec un DUT Technique de Commercialisation en 2013 et 2014. Ensuite j’ai traversé le globe pour effectuer une année en Nouvelle-Zélande. Celle-ci m’a permis de trouver ma voie et imaginer un projet dans l’oenotourisme. À mon retour en France j’ai continuer mes études avec une licence dans le tourisme, une formation dans le vin et un diplôme d’éducateur sportif car j’ai envie de faire découvrir le vin à vélo (dans le Beaujolais, NDLR). Je devais lancer mon auto-entreprise en début d’année 2020 mais la Covid-19 a retardé l’échéance. Pour le moment je suis en CDI dans un domaine viticole, cela me permet d’être plus serein pour traverser cette crise sanitaire et d’accumuler de l’expérience en oenologie.

  • Et le vélo alors ? Tu l’as laissé de côté où tu l’utilises toujours ?

J’ai fait 2 ans de pause après CCF puis j’ai repris la compétition un an, en 2ème catégorie à Chambéry Cyclisme Compétition. C’était juste avant d’aller en Nouvelle-Zélande. On avait Léo (Peters, NDLR) en directeur sportif d’ailleurs, c’était sympa. Aujourd’hui j’en fais une à trois fois par semaine pour le plaisir.

  • Quels souvenirs gardes-tu de CCF ?

Au niveau humain c’est deux très belles années. On a tissé des liens très forts et je suis encore en contact avec certains gars de l’équipe. J’ai assisté à deux mariages d’anciens de CCF depuis 2012, c’est vraiment sympa de toujours se voir. Si je dois citer quelques courses qui m’ont marqué je dirais Liège-Bastogne-Liège U23, Paris-Tours U23 ou encore le Tour de Moselle. De très belles épreuves.

  • As-tu un conseil à donner à notre nouvelle promo ?

Profiter de tout ce qui est à leur disposition. Se donner à 100% à l’entrainement mais savoir prendre du recul et se faire plaisir. Il faut arriver à se détacher du “sérieux” une fois que le boulot a été bien fait à l’entrainement.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *