Gabriel a couru pour CCF de 2012 à 2014. Après avoir terminé ses études et sa carrière cycliste, il a voyagé, puis s’est lancé dans la vie professionnelle. Toujours passionné de sport, il s’est fixé de nouveaux objectifs.

Gabriel pratique toujours le vélo, chez lui, en Suisse
  • Gabriel, quel est ton parcours professionnel et sportif depuis CCF ?

À la fin de mes années à Chambéry j’avais réalisé la moitié de mes études de physique appliqué. À mon retour en Suisse, j’ai pu les terminer, en ingénieur industriel. En même temps, j’ai couru deux ans dans une équipe d’élite Suisse (EKZ Racing Team). Immédiatement après avoir raccroché le vélo, j’ai fait un tour du monde avec ma copine (aujourd’hui ma femme). La transition vers la vie professionnelle s’est faite en douceur. Après un stage aux Chemins de fer suisses, j’ai obtenu un emploi de consultant dans le secteur de l’énergie. Au cours des deux premières années de ma vie professionnelle, j’ai suivi un master en Business Administration à temps partiel. Depuis la fin de ma formation, j’ai de nouveau un peu plus de temps pour le sport. J’aime beaucoup la polyvalence qu’apporte le ski de fond, la natation, la course à pied et toujours le vélo. L’année prochaine, j’ai l’intention de faire l’Ironman de Thoune, je m’entraîne donc plus sérieusement depuis un certain temps.

  • Le vélo est toujours présent dans ta vie alors ?

Oui, depuis que j’ai fini mes études je trouve plus de temps pour rouler. J’ai également fait un voyage en vélo tous les ans. Par exemple, de la Sicile à mon domicile au printemps dernier. Pour le plaisir, je fais aussi quelques petites courses de vélo dans la région ainsi que des triathlons.

  • Quels souvenirs gardes-tu de ton passage au centre ?

J’ai emporté avec moi beaucoup de souvenirs. Tout d’abord, les expériences sportives bien sûr. Quand j’ai gagné par surprise et en solitaire le GP de Saint-Etienne Loire la première année, alors que j’étais encore débutant, reste inoubliable. Cette année-là, j’ai beaucoup appris, notamment sur l’interaction avec les coéquipiers avant, pendant et surtout après la course. Ces trois années de formation à Chambéry m’ont appris à mieux me connaître et à me comprendre. Les analyses avec le psychologue ont été particulièrement utiles. Le sport est une forme extrême de vie “normale”. Si tu te comprends dans le sport, tu es bien préparés et bien en avance sur de nombreuses personnes dans la vie professionnelle. C’est pourquoi ces capacités d’analyse m’aident beaucoup dans mon travail actuel et j’essaie d’y introduire la mentalité d’athlète. Grâce à CCF j’ai pu connaître une nouvelle culture (la France) et découvrir beaucoup de lieux passionnants avec les courses dans tout le pays. Enfin, je peux maintenant allumer la télévision et voir d’anciens collègues à l’avant des courses et les encourager. Cela me rend toujours très heureux.

  • Quels conseils donnerais-tu à la promo 2021 ?

Je ne peux vraiment que me conformer aux recommandations des autres collègues dans cette rubrique. Beaucoup recommandent de profiter pleinement des années passées à Chambéry et d’en tirer un maximum de profit. Je suis d’accord avec eux. Tout ce que vous y apprenez (même les échecs) peut vous servir dans le sport, mais aussi dans votre vie professionnelle plus tard. Ne soyez pas pointilleux, travaillez en équipe et entraînez-vous dur, alors les résultats suivront.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *