Mathieu a intégré CCF à la sortie des ses années juniors, en 2004 et 2005. Quinze ans plus tard et avec deux années professionnelles dans le porte-bagages, il va devenir kinésithérapeute. Entretien.

Mathieu a travaillé avec l’équipe paralympique espagnole
  • Mathieu, le temps passe vite, déjà quinze ans que tu as quitté CCF, que deviens-tu ?

J’ai effectué mes deux années à CCF en tant qu’Espoir 1 et 2 donc il me restait quelques années cyclistes devant moi en quittant le centre. J’ai fait 5 ans en Elite au VC La Pomme Marseille avant de passer 2 ans professionnel au sein de l’équipe du club : La Pomme Marseille. Je suis ensuite revenu en DN1 à l’AVC Aix en Provence avant d’arrêter la compétition à la fin de l’année 2014. Je me suis occupé de l’équipe de jeune de la Pomme Marseille 2 ans et j’ai repris mes études en 2017. J’ai réalisé quatre ans en école de kiné de 2017 à 2020. J’ai pu réaliser quelques expériences à droite à gauche en parallèle, notamment auprès de l’équipe paralympique espagnole où j’y ai effectué un suivi kiné en tant que stagiaire. Entre temps j’ai eu 2 enfants, une fille et un garçon et ça me prend du temps. Aujourd’hui je suis masseur pour l’équipe professionnelle Nippo-Delko One Provence et j’aimerais m’installer en tant que kinésithérapeute à court terme.

  • Toujours un pied dans le monde du vélo alors. Tu roules encore ?

J’ai continué à rouler sérieusement jusqu’en 2018 à peu près mais des facteurs personnels m’ont arrêté. Depuis je ne fais plus de vélo mais beaucoup de course à pieds.

  • As-tu des souvenirs marquants de CCF ?

Bien sûr. J’aurais aimé me retrouver à CCF un peu plus tard dans mes années cyclistes car c’était encore le début et tout le centre n’était pas encore mis en place comme a pu le voir les années suivantes. Je retiens la vie de groupe, la vie à Chambéry, les montagnes, l’ambiance, etc… c’est un tout. Au niveau des courses, La Côte Picarde ou le Rhône Alpes Isère Tour sont celles qui m’ont le plus marqué.

  • Quels conseils donnerais-tu à la promotion actuelle ?

Profiter à fond de ses années au centre. Bien écouter les encadrants de qualité. Il faut savoir être patient, les grands champions qui écrasent tout à 19/20 ans ne sont pas les seuls exemples de réussite. Pour finir, il faut avoir un bon équilibre familiale, c’est important.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *