Présente dans la première promo de l’histoire de CCF en 2002, Sophie est restée 3 ans au centre. Depuis 2011, elle est directrice de l’UNSS en Savoie.

Sophie lors de la remise de récompenses du championnat de France UNSS de ski alpin 2017
  • Sophie, peux-tu nous présenter ton parcours depuis tes années à CCF, de 2002 à 2004 ?

En parallèle de mes années au centre, j’effectuais des études en STAPS. J’ai passé mon concours pour être professeur d’EPS en juin 2005 que j’ai obtenu. J’ai ensuite effectué un an de formation dans un collège puis j’ai été titularisée en juin 2006. Étant sportive de haut niveau à ce moment là, c’était un poste factice. Je travaillais pour l’UNSS le matin et faisait du vélo l’après-midi. J’ai arrêté le vélo en 2011 et je suis maintenant directrice UNSS de la Savoie. J’organise l’ensemble des compétitions nationales.

  • Quels souvenirs gardes-tu du centre ?

Il y’en a beaucoup et ce sont de bons souvenirs. Ce fut trois années très agréables. Je m’entendais très bien avec Virginie (Pollet, NDLR) et les garçons nous tiraient vers le haut. Le fait d’habiter et de manger ensemble était hyper conviviale. Il n’y avait aucune pression du passage chez les professionnels, l’ambiance était top.

  • Et sur le vélo alors ?

C’était plus particulier, il n’y avait pas la même ambiance que les garçons pour le coup. Les courses à deux sont différentes des courses à six. Par contre, le fait d’être tout le temps avec Virginie, y compris dans les sélections en équipe de France, amenait un vrai esprit d’équipe. Nous étions ouvertes aux autres et les résultats suivaient derrière.

  • As-tu un conseil à donner à notre promo actuelle ?

Il ne faut pas oublier le double projet. Cela permet de relativiser, de penser à autre chose. Les résultats seront meilleurs si on arrive à se vider l’esprit. Et puis cela permet d’avoir un “après-vélo” plus serein.

One response

  1. Ah, Sophie! Et sans oublier Virginie! J’ai, dans mon bureau, le “cadre photo” qu’elles m’avaient offert peu après la première édition du Grand Prix Féminin de Chambéry… Je le vois chaque jour, et chaque jour je revois tous les moments riches que nous avons partagés, Sophie et moi… La préparation préparée sous le signe de l’enthousiasme de ce GP cycliste, les séances de travail placées sous le signe de la compétence, à la mairie, pour mettre sur pied la stratégie d’horaires adaptés “sport” commune aux quatre collèges chambériens… La petite flamme malicieuse dans ses yeux après sa victoire sur une certaine… Jeannie Longo! Son époustouflante réussite pour un diplôme d’Etat, si je me souviens bien au lendemain d’un championnat du monde…
    Maintenant nous nous voyons peu: mais elle fait partie des êtres très présents dans mes pensées. Sportivement et humainement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *