Thomas a couru pour CCF entre 2009 et 2011. Neuf ans plus tard, il a toujours les deux pieds dans le monde du vélo. Entretien.

Thomas habite aujourd’hui en Bretagne avec sa femme et ses deux jumelles.
  • Thomas, tu as quitté CCF fin 2011, qu’as-tu fait ensuite ?

J’ai continué ma carrière amateur jusqu’à l’hiver dernier. Après CCF j’ai effectué trois années au CR4C Roanne puis quatre années au Creuse Oxygène Guéret et enfin une dernière année au VCP Loudéac en 2019. J’ai donc arrêté la compétition il y’a tout juste un an. En 2018, j’ai obtenu un Diplôme d’Etat JEPS mention cyclisme traditionnel dans le but de travailler dans le milieu du vélo au moment de raccrocher. Je suis aujourd’hui auto entrepreneur en programme d’entrainement, suivi et conseil.

  • Auprès de cyclistes en particulier ou dans une équipe ?

Dans l’immédiat c’est auprès de coureurs (5 pour le moment), mais j’aimerais à l’avenir me rapprocher du terrain avec un poste de Manager ou DS dans une équipe par exemple. Je devais réaliser plusieurs prestations pour le comité de Bretagne cette année mais avec la crise sanitaire certaines n’ont pas eu lieu. Il me reste le Championnat de France de l’Avenir avec les Cadets et les Juniors Femme. Je devais également faire une formation fédérale cette année mais ça n’a pas pu se faire. Je vais l’effectuer cet hiver normalement.

  • Tu as arrêté le vélo en compétition l’an dernier, est-ce que tu roules toujours ?

Oui je roule un peu. Je me suis également mis à la course à pied. Je fais vraiment du sport pour me faire plaisir et garder la forme.

  • Que retiens-tu de tes trois années au centre ?

Je retiens beaucoup plus l’aspect humain que l’aspect sportif. Au niveau des résultats bruts, ce n’est pas mes meilleurs années. Mais les petits soucis que j’ai eu m’ont rendu plus solide, j’ai beaucoup appris sur moi. J’ai également découvert l’autonomie, c’était la première fois que je quittais le cocon familial. On était une bonne bande de copains donc j’ai pu faire beaucoup de rencontres. Enfin, j’ai beaucoup aimé le fait de voyager avec les courses à l’étranger. 

  •  Si tu devais donner un ou des conseils à notre promo actuelle, que leur dirais-tu ?

Il faut profiter à 100% des moyens qui sont mis à disposition sans oublier le plaisir qu’on doit avoir quand on fait du vélo. Il faut trouver le juste milieu. Je l’ai découvert sur le tard et les résultats étaient meilleurs ensuite. C’est primordial pour réussir au haut niveau.

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *