Clément Dupuy a confiance dans la capacité d’adaptation du centre face à cette situation.

Pendant cette situation inédite, la vie du centre est au ralenti. Chacun doit s’adapter aux contraintes que posent le confinement. Clément Dupuy, entraîneur à CCF, raconte comment il gère l’entrainement de nos coureurs.

CCF : Clément comment se passe ton confinement ?

Clément Dupuy : Tout va bien pour moi. Je suis chez moi avec ma femme et mes deux enfants. Nous habitons un petit village proche de la forêt, des conditions plutôt favorables pour vivre le confinement.

En tant qu’entraîneur, comment s’organise-ton travail pendant le confinement ? 

CD : L’une des particularités de notre structure est l’unité de lieu. Tous les coureurs vivent à Chambéry et forcement les échangent sont nombreux au service course et sur la route. Nous avons vécu un changement fort. Les coureurs ont tous regagné leurs régions (ou leurs pays…) et le travail se fait maintenant à distance. Notre stratégie, à l’entrainement, est d’être patient. Nous avons dans un premier temps déconstruit la condition physique des coureurs en coupant complètement l’activité et nous avons repris un cycle « hivernal ». Heureusement, nous avons des moyens pour bien travailler à la maison (Zwift, vidéo renforcement, gainage, yoga…). Chaque coureur a notamment un abonnement Zwift ainsi qu’un capteur de puissance. Je sais qu’un cycliste a de la difficulté, en règle générale, à rester à la maison mais nous avons aujourd’hui les moyens techniques de garder une activité sérieuse.

Comment se passe la cohésion du groupe chacun chez soi ?

CD : Nous organisons les conditions d’une bonne cohésion mais notre influence s’arrête là. Ce sont les coureurs qui font que le groupe fonctionne ou non. L’hiver nous a permis de voir que notre effectif fonctionne bien. Les premières courses ont été réussies collectivement. Les coureurs ont bâti un socle solide ensemble. Nous gardons des contacts réguliers et organisons des Meetup sur home trainer mais je mentirais en disant que cela travaille la cohésion du groupe. Les choses ont été faites en amont.

L’équipe restait sur une grosse dynamique (3 victoires en deux week-end) avant le confinement. As-tu peur que cela se soit cassé ? 

CD : Je ne suis pas vraiment de nature à avoir peur. Notre début de saison semble déjà un passé lointain. Il va falloir repartir…mais pas de zéro car nous avons certains repères. J’ai confiance en notre capacité d’adaptation à la situation. Nous avons un staff solide et des coureurs adaptables. Qu’il reste 30 jours de course ou zéro, nous nous adapterons.

Emmanuel Macron qui a annoncé hier (lundi 13 avril) qu’aucune manifestation à gros rassemblement ne se tiendrai avant mi-juillet, penses-tu que nous pourrions nous retrouver sans course avant août ? 

CD : Aujourd’hui je crois que personne ne le sais. Dans ce contexte tout est possible. Notre job est d’être patient dans un premier temps et rapidement prêt ensuite. Nous faisons face à une situation à laquelle nous ne pouvons rien. Il faut garder en tête que les regrets et les inquiétudes ne font pas avancer. Il faut rester calme, travailler et trouver le moment venu de nouvelles alternatives et de nouveaux objectifs. Nos coureurs sont intelligents et ne font pas l’erreur de se tromper de stratégie.

Si la saison devait être prolongée en novembre cela aurait des conséquences sur la forme des coureurs ou la préparation de 2021 ? 

CD : Comme le reste, cette situation serait inédite. Notre habitude est de commencer notre saison assez tard ce qui serai sans doute un avantage pour envisager ce type de calendrier mais je n’ai aucune certitude. Comme pour le reste, notre réussite passera par notre capacité collective d’adaptation.

Antoine Raugel roule pour la bonne cause

Antoine Raugel a adapté son vélo pendant le confinement pour livrer ses voisins.

Depuis le début du confinement, Antoine Raugel est rentré chez lui en Alsace et plus précisément dans son petit village d’Hohatzenheim (Bas-Rhin). Comme tous ses coéquipiers, l’heure est à la préparation physique et l’entrainement sur home-trainer en attendant la fin de cette période. Malgré tout, Antoine continue de sortir le vélo pour la bonne cause : il s’occupe des livraisons de courses pour les personnes isolées de son village. Une initiative qui a fait l’objet d’un article sur le site Direct Vélo.

Un carnet rose garni

On ne pouvait pas terminer cet article sans de bonnes nouvelles. La famille de CCF s’est fortement agrandie depuis plusieurs semaines. Vendredi 10 avril, notre directeur sportif, Léo Peters est devenu papa pour la première fois, d’une petite Elena

Cette naissance fait suite à deux autres du côté de nos anciens coureurs. La semaine dernière, c’est François Bidard qui est devenu papa d’une petite Judith, alors que quelques semaines, c’est Romain Bardet qui voyait la naissance de son fils, Angus

Les mamans se portent bien et font des heureux papas. Toutes nos félicitations aux nouveaux parents ! 

Categories:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *