Mehdi Lefebvre attend désormais la fin du confinement avec impatience

Durant ce confinement, on continue notre tour de discussions avec le staff du centre de formation. Aujourd’hui, rencontre avec Mehdi Lefebvre, notre mécanicien.

CCF : Bonjour Mehdi ! Comment vas-tu ?
Mehdi Lefevbre : Ça va comme sur des roulettes. Mon confinement se passe très bien même si ça commence a être très long. Je n’ai pas vraiment l’habitude de vivre enfermé à la maison comme ça car je suis une personne qui a besoin d’être active sans arrêt et qui vit dehors. Mon chez moi me sert qu’à me reposer et dormir

Quelle est la situation d’un mécanicien confiné ?
ML : Sans son atelier et son matériel pour travailler, et pas de télétravail possible, ce confinement rend forcément un mécano un peu malheureux. J’en ai profité pour ranger mes documents pour le travail et je regarde toutes les nouveautés niveau matériel et équipement pour prendre un maximum d’informations pour enrichir mes connaissances personnelles. On reste aussi en contact avec tout le staff et les coureurs pour prendre des nouvelles des uns et des autres.

“Le plus difficile pour nous c’est qu’il n’y ait pas de pratique mais j’ai de la chance d’avoir du matériel à la maison.”

Mehdi Lefbvre

En parallèle de ton activité de mécanicien à CCF, tu prépares ton diplôme. Peux-tu expliquer comment cela se passe ?  
ML : Mon diplôme se déroule sur 4 cycles à valider placés sur le calendrier que le CFA nous a mis à disposition et 1 examen final en fin de formation qui résume toute l’année de formation passée à Technopolys (CFA de l’automobile située à la Motte-Servolex). 
J’ai exactement 19 semaines de cours sur l’année de formation. Suivre des cours de théorie à distance avec la technologie d’aujourd’hui n’est pas difficile, notre formateur, Virgile Cotte, répond à toutes nos questions le plus rapidement possible et fait des cours en visioconférence. Le plus difficile pour nous c’est qu’il n’y ait pas de pratique mais j’ai de la chance d’avoir du matériel à la maison pour pouvoir m’exercer dessus et prendre de l’expérience 

Pourquoi avoir voulu faire ce métier ?
ML : Le vélo, pour ma part, c’est une histoire de famille. J’en fait depuis petit et j’ai toujours aimé la mécanique donc je me suis dit pourquoi ne pas être mécano dans une équipe cycliste et travailler dans sa passion. J’adore ce boulot. Partir en course avec les coureurs et le staff, ça crée des liens forts et il y a une très bonne cohésion de groupe. Il y aussi l’adrénaline de la course, les victoires et tout le reste qui laissent une très bonne sensation. 

Peux-tu expliquer tes missions et comment se déroule ton travail ?
ML : Mes missions au centre sont diverses. C’est de gérer mon stock de matériel, faire l’entretien et réparer si besoin les vélos et crevaison, préparer les camions qui partent en course, prendre des rendez-vous pour les véhicules si des réparations sont nécessaires. En général le début de semaine est dédié à l’entretien du matériel : nettoyage, réparation et révision après le week-end de course. En fin de semaine, on prépare les camions qui vont partir.
En course, mon rôle c’est de préparer les vélos (faire les pressions, mettre les plaques de cadre & transpondeurs), ensuite préparer la voiture avec des roues de dépannage, une caisse à outils, les sacs de pluie des coureurs et des vélos sur la galerie. Quand la course est lancée, il faut être prêt à intervenir le plus rapidement possible pour un problème mécanique ou une crevaison. J’aide également le directeur sportif en notant les dossards des coureurs dans les échappées ou dans la prise d’informations. En fin de course c’est rangement du matériel ou nettoyage en cas de course à étape avant une nouvelle journée !

“On est là pour éviter qu’ils ne se préoccupent de leurs matériels et ainsi éviter de leur rajouter un stress en plus”

Mehdi Lefebvre à propos de son rôle en course

Quel est pour toi l’importance d’un mécanicien au sein de l’équipe ?
ML : Le mécano est très important car les coureurs doivent rouler avec un bon matériel très bien entretenu pour qu’ils puissent développer un maximum leur niveau et performer sur les courses. On est là pour éviter qu’ils ne se préoccupent de leurs matériels et ainsi éviter de leur rajouter un stress en plus de la course pour qu’ils soient le plus possible concentrés sur leurs objectifs. 

Quand l’activité du centre va reprendre, t’attends-tu à avoir beaucoup de travail à faire ?
ML : J’ai très hâte que l’activité au centre reprenne ! Dans un premier temps je ne vais pas être débordé car les coureurs ne seront pas encore rentrés sur Chambéry. Ils vont sûrement rester chez eux pour reprendre sur route, donc je vais pouvoir avancer tranquillement et rattraper le petit retard qu’on a pris avec ce confinement notamment dans la révision et l’entretien du matériel. C’est un travail perpétuel tout au long de la saison !
En attendant, restez chez vous, respectez les gestes barrière. Prenez soins de vous et vos proches, pour que l’on se revoit très vite sur les course. A bientôt ! 

Categories:

2 Responses

  1. Salut Medhi et le CCF !
    Vraiment un gars serviable et très sympa ! Rencontré lors d un stage CCF à la Toussuire en prépa pour l EDT avec Clément Dupuis , qui d ailleurs devai avoir lieu début juin et au quel je devai participer pour la 4ème fois …bon se sera partie remise
    Bon courage à tous et je l espere une bonne reprise des la semaine prochaine …

    Stef

  2. bien ce garçon, plein d’ambition que j’ai vu sur un vélo. Car en plus de mécano il ne fait pas semblant sur la route. Même pendant ses congés, le vélo le suit partout. Une passion, ça c’est sure. Bonne reprise à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *